Skip to main content
Paris 2024Sport en Aura

Interview avec la Communauté d’Agglomération Arlysère, labellisée « Terre de Jeux 2024 »

Par 30 juin 2021juillet 1st, 2021No Comments

Rencontre avec Fabien DEMONT, directeur sport et culture au sein de la Communauté d’Agglomération Arlysère, l’une des 500 premières collectivités françaises à avoir obtenu le label « Terre des Jeux 2024 » ! Un label qui colle parfaitement avec l’histoire de l’intercommunalité, composée de 39 communes sur 3 vallées, et notamment Albertville, ville hôte des Jeux Olympiques d’hiver en 1992 !

8 QUESTIONS, 1 COLLECTIVITÉ, 1 PORTRAIT !

 

Qu’est-ce qui vous a motivé à vous lancer dans l’aventure « Terre de Jeux 2024 » et devenir labellisé ?

Nous l’avons fait dans un premier temps pour faire perdurer l’héritage olympique avec Albertville et intégrer la Maison des Jeux Olympiques que l’on a récemment rénovée dans cette dynamique. C’est aussi un moyen pour nous de faire profiter du label Terre de Jeux 2024 à l’ensemble des collectivités de la communauté d’Arlysère et surtout les plus petites d’entre elles. L’idée c’est d’arriver à déployer des animations, des évènements et faire rayonner Paris 2024 au sein de ces petites communes.

Que représentent les Jeux Olympiques de Paris 2024 et le label « Terre de Jeux 2024 » pour vous ?

C’est une sorte de lien sentimental, une accroche particulière avec les anneaux à Albertville. On ne peut pas s’imaginer qu’il y ait quelque chose qui s’organise pas loin, à notre porte, et qu’on ne soit pas dans l’aventure d’une manière ou d’une autre !

Au-delà des 3 piliers majeurs que sont la célébration, l’héritage et l’engagement, quels sont les objectifs que vous vous êtes fixés en tant que collectivité jusqu’à 2024 ?

C’est l’objet de la nouvelle muséographie de la Maison des Jeux à Albertville, c’est de repositionner les Jeux dans un mouvement et une dynamique qui perdure. Ce n’est pas juste un évènement qui a eu lieu en 1992, comme avec Paris 2024 qui arrive, il y a de gros enjeux d’héritage. Il y a également l’aspect « Centre de préparation au Jeux » qui relève plutôt de l’attractivité du territoire, de la partie logistique et lobbying. Notre candidature est portée par quatre têtes, tout d’abord avec la CA Arlysère, la ville d’Albertville qui propose ses installations en vallée, la station des Saisies qui propose ses installations en altitude et la Fédération française de ski qui propose son ingénierie de préparation.

Être « Terre de Jeux 2024 » c’est aussi organiser des célébrations dans le respect de l’environnement et sensibiliser à cette cause. Dans quelle mesure vous impliquez-vous dans cette mission ?

L’agglomération est engagée dans une politique qui s’appelle TEPos, autrement dit Territoire à Energie Positive. Le bâtiment qui reçoit le musée des Jeux est par exemple un bâtiment a énergie positive. Le filtre premier de tout projet de la CA Arlysère se sont ses engagements TEPos (Territoire à Energie Positive) et PCAET (Plan Climat Air Energie Territorial Arlysère). C’est un engagement politique fort de l’agglomération sur le mandat, quoi que l’on fasse et que l’on mette en place, le respect de l’environnement est la première grille de lecture appliquée et fait a4partie de tous nos projets.

Avez-vous opéré des aménagements ou une modernisation des infrastructures de la ville dans le cadre du label « Terre de Jeux 2024 » ?

Nous avons notamment rénové le musée de l’olympisme à Albertville comme évoqué avec un réaménagement complet et une scénographie différente et plus moderne. Ensuite nous avons notre patinoire qui est neuve, et nous engageons actuellement des études sur la partie plan d’eau, pour récupérer et réhabiliter la carrière du plan d’eau de Grignon par exemple.

L’une des volontés fortes de ce label à l’échelle régionale est de créer des synergies au sein de la communauté des collectivités labellisées « Terre de Jeux 2024 » en AURA. Avez-vous pris contact avec d’autres collectivités labellisées dans le cadre de partenariats ou projets communs ?

En Savoie, nous nous rencontrons régulièrement avec le département et les autres collectivités labellisées « Terre de Jeux 2024 ». Cela nous permet de croiser les informations, évoquer de potentiels projets à réaliser ensemble et se retrouver sur des thématiques particulières.

Le label « Terre de Jeux 2024 » vise à mettre plus de sport dans le quotidien de tous les français. De quelle façon souhaitez-vous impliquez les différentes populations de la ville pour que chacun puisse avoir accès au sport et vivre cette aventure ?

Pour l’instant nous n’avons pas la compétence pour mettre en place de gros projets en synergie avec nos 39 communes différentes. Nous avons toujours cette difficulté à avancer avec une politique sportive commune étant donné que la plupart des communes n’ont pas de référent désigné. Nous travaillons sur l’aspect éducatif avec les écoles, c’est pour nous la porte d’entrée de projets et d’animations en lien avec le label.

Quels sont selon vous les points forts de votre collectivité pour vous différencier et accueillir des délégations internationales sur votre territoire ?

Notre point fort c’est que nous proposons une ingénierie de préparation athlétique par les spécialistes de la Fédération française de ski, avec des entrainements en altitude et en vallée. Nous proposons que les délégations, dans le cadre de leur préparation puissent suivre des stages accompagnés et coachés par les professionnels de la fédération de ski. C’est clairement un objectif d’accueillir au moins une délégation internationale chez nous.

 

UN PETIT MESSAGE POUR LA COMMUNAUTÉ TERRE DE JEUX 2024 EN AURA ?

 

Nous sommes tous embarqués dans une belle et incroyable aventure qu’est « Terre de Jeux 2024 » alors profitons-en !

X
X